Le monde du travail de demain

Allons-nous tou·te·s demain travailler uniquement en ligne ? Les OSBL sont-elles, du fait même de leur finalité, déjà durables ou existe-t-il un besoin d’action aussi dans ce domaine ? Quelles fonctions managériales la numérisation imposera-t-elle aux dirigeant·e·s ? C’est sur ces questions, en apparence isolées, que portait la Conférence financière des OSBL , organisée le 1er septembre 2021 à Rotkreuz. 

La Conférence financière des OSBL s’est tenue pour la sixième fois déjà à la Haute école de Lucerne, à Rotkreuz. Le programme, varié, portait sur les exigences futures auxquelles les dirigeant·e·s seront confronté·e·s ainsi que sur la transformation du monde du travail que la pandémie de coronavirus a encore accélérée. Pour commencer, la professeure Gudrun Sander, directrice du Centre de compétence pour la diversité et l’inclusion (CCDI) à l’université de St-Gall et conférencière d’honneur, a fait un exposé sur les exigences futures posées aux dirigeant·e·s et liées à la question de la diversité et de l’inclusion. Les participant·e·s à la conférence ont ensuite eu le choix entre trois exposés sur le sujet et séances d’échange d’expériences :

  • Chantal Calame a parlé du programme Swiss Triple Impact (STI). Initié par B Lab Suisse, ce programme permet aux entreprises de mesurer leurs contributions par rapport aux 17 Objectifs de développement durable (ODD ). La séance consacrée à l’échange d’expériences fut l’occasion de discuter des avantages du programme pour les OSBL. Les OSBL poursuivent un objectif matériel sans but lucratif, mesurent leur impact et ont déjà inscrits certains ODD en tant que buts de l’organisation (p. ex. éducation, lutte contre la pauvreté, etc.). Néanmoins, force est de conclure que les OSBL pourraient faire mieux concernant d’autres ODD, p. ex. l’égalité entre les sexes. On peut également s’attendre à ce qu’à l’avenir les mandats de prestations comprennent aussi des objectifs dans le domaine du développement durable et écologique.
  • La deuxième séance d’échange d’expériences fut consacrée à l’impact de la transformation du monde du travail sur l’organisation et à la manière dont une organisation doit s’adapter à la nouvelle réalité. Sibylle Heunert Doulfakar et Edoardo Ghidelli, respectivement conseillère et conseiller en organisation du réseau syllogos, ont fait valoir que la pandémie de coronavirus constitue un changement de paradigme, qu’un retour au monde du travail d’avant la crise n’est plus possible et que le télétravail va perdurer après la crise. Toutefois, l’expérience a montré que les solutions de télétravail actuelles ne sont pas optimales. Les structures d’équipe ne sont pas bien adaptées à la collaboration en ligne. L’esprit d’équipe s’est dégradé avec le télétravail et les équipements techniques ne sont pas encore suffisamment au point. L’organisation du télétravail nécessite la prise en considération de trois éléments essentiels : les activités et le profil du personnel concerné, la collaboration d’équipe et l’ancienneté dans l’entreprise.
  • Le troisième groupe d’échange d’expériences s’est penché sur la question de la transformation numérique et du monde du travail 4.0. Le professeur Marc K. Peter, responsable du centre de compétence pour la transformation numérique et enseignant spécialisé en business numérique à la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse, a expliqué que le virage numérique pose la question de la refonte globale de l’entreprise. Pas uniquement concernant l’automatisation des processus de travail, mais également en lien avec la numérisation. Il est recommandé avant tout d’associer le personnel à ce processus de transformation.

Une table ronde animée par Michael Zurkinden de B’VM a clôturé la conférence ; les discussions ont montré le lien étroit entre les trois points suivants : la transformation numérique constitue un défi pour les dirigeant·e·s des OSBL, notamment au niveau stratégique. Le fait que l’organisation tienne compte, dans son développement stratégique, de toutes les parties prenantes et qu’elle contribue à l’environnement naturel et à l’environnement social (conformément aux ODD) est aujourd’hui devenu une évidence (qui l’est depuis longtemps pour les OSBL). Dans le même temps, cette évolution ne peut être maîtrisée avec succès que si les dirigeant·e·s y associent leur personnel qui constitue le cœur de toute organisation. La tâche de direction essentielle dans ce processus de transformation (le « change management ») consiste à laisser les personnes participer à ce processus.

Weitere Beiträge

Wir gratulieren herzlich zum runden Geburtstag!

Robert Putschert, ein Mitbegründer der B'VM, hat Geburtstag und wir danken ihm von Herzen für seine wegweisende Arbeit, von der wir heute noch profitieren. Alles Gute, Robert!

Job
Mitarbeiter:in Kommunikation & Marketing (50%)

Wir suchen per sofort oder nach Vereinbarung ein:e Mitarbeiter:in zu 50% für Kommunikation und Marketing der B'VM. Zu Ihren Aufgaben gehört die Umsetzung und Weiterentwicklung der gesamten Kommunikations- und Marketingaktivitäten der Beratungsgruppe B’VM in Absprache mit der B'VM MarKomm-Leitung.

Mitarbeitende wollen eingebunden werden

In der neusten Ausgabe des Magazin ARTISET nahm Martin Diethelm Stellung zu agilen Organisationsformen und Anforderungen an die Führung. Dieses Thema vertieft er auch am Fachgespräch der B'VM am 24.8.2022 in Bern.

B’VMessage Nr. 78 – Nachhaltigkeit, Selbstorganisation und Führung

Neu können Sie unsere B'VMessage auch online einsehen, mit vielen Informationen zu B'VM Aktivitäten, Artikel unserer Beratenden, Informationen zu Events und zu B'VM Mitarbeitenden. Viel Spass bei der Lektüre!

Digitaler Wandel in NPO als umfassender Change-Prozess

Der Beitrag ist im VM 1/22 erschienen und ist eine gekürzte Version dieses Buchkapitels1, welcher den Transformationsprozess mit Praxiserfahrung anreichert und weiterentwickelt.

Job
Patentanwaltskammer Geschäftsführer:in

Die Patentanwaltskammer ist als Körperschaft des öffentlichen Rechts die bundesweit zuständige Selbstverwaltungsorganisation der rund 4.000 deutschen Patentanwältinnen und Patentanwälte.

Neue Gesichter bei der B’VM

Seit dem letztem Jahr haben wir das Vergnügen, neue Mitarbeitende bei der B'VM begrüssen zu dürfen und hiermit stellen wir sie Ihnen gerne vor.

Zentrale und dezentrale Führung in NPO

NPO, insbesondere in der Form von Verbänden, standen schon seit jeher vor der Herausforderung, dem Anspruch nach dezentraler Führung gerecht zu werden. In den letzten Jahren ist der Klärungsbedarf hierfür aber nochmals stark gewachsen. Neu ist dabei, dass dieser Anspruch nicht nur für ganze Organisationseinheiten wie etwa den Sektionen in Verbänden zu klären ist, sondern auch auf einzelne Teams und Funktionen.

Neue Führungsmodelle machen Gemeinden fit für die Zukunft

Tätigkeiten von Gemeinderät:innen werden immer komplexer, anspruchsvoller und zeitaufwändiger. Somit ist klar, dass die alten Führungsmodelle überarbeitet werden müssen, um der heutigen Realität Rechnung zu tragen.

Nachhaltigkeit – auch für NPOs ein Thema?

Nonprofit-Organisationen verfolgen per Definition kein Gewinnziel und viele NPOs handeln bereits im Interesse der Allgemeinheit und tragen bei zum Gemeinwohl, aber könnten sie weitere Beiträge leisten?

Nous sommes à votre disposition

Utilisez le formulaire de contact, écrivez-nous un e-mail ou appelez-nous tout simplement.

Suisse

Allemagne

Autriche

Formulaire de contact